socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Le bonheur est-il uniquement lié à la croissance des revenus ?

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

   Cette question a été posée en 1974 par Richard Easterlin, démographe et économiste Californien. Le résultat de ses recherches l’ont conduit à affirmer que ...

 

...pendant la période de forte croissance des Etats Unis de 1947 à 1970 le «pourcentage d’américains se déclarant très heureux n’avait pas augmenté ».

Cette affirmation est connue sous le nom du «paradoxe d’Easterlin».

De nombreux chercheurs ont approfondi cette question leur conclusion étant que la croissance économique en soi, celle du fameux PIB, était insuffisante, car il faut tenir compte de deux facteurs psychologiques  pour définir la notion de bonheur moyen: la comparaison avec d’autres situations  et l’adaptation.

Claudia Senik dans un livre remarquable (L’économie du bonheur, éditions du Seuil), a analysé ces deux composantes et étendu ses recherches à la situation française actuelle. Avec un revenu important les français sont atteints de  «morosité», la raison : les anticipations des français sont négatives et le souvenir d’un passé glorieux comparé avec la période présente accroit leur morosité.

D’autres études sont en cours, permettront-elles de mieux connaître ces mécanismes et d’ouvrir des perspectives plus favorables aux français ?