socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

L'ISF, l'impôt qui cristallise les passions…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Il a été mis en place en 1982 par François Mitterrand sous sa première forme l'IGF (impôt sur les grandes fortunes), avec pour objectif de lutter contre les inégalités et la pauvreté d'une partie de la population...

 

Il avait un côté  re- distributeur, ce que faisait mal l'impôt sur le revenu. Il aurait dû être calculé sur l'ensemble des biens et droits détenus par les français. En fait son assiette a bénéficié de nombreuses exonérations : biens professionnels, objets d'antiquité d'art ou de collection, droits de propriété littéraire ou artistique...le taux d'imposition étant lui-même relativement modéré. Conséquences, le rendement de l'impôt n'était pas aussi important qu'espéré.

 L'ISF est un impôt compliqué, faussement re-distributif, qui rapporte peu (on parle de 5,2 milliards d'euros) en oubliant le coût du recouvrement...d'où la réforme lancée par le nouveau Président : suppression de l'ISF remplacé par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) comme en Scandinavie et dans de nombreux pays. (1)

Mais en France on ne touche pas aux symboles même si économiquement l'ISF a un trop faible rendement. On oublie que les « riches » s'ils vont payer un peu moins d'impôt, leur fortune est depuis longtemps à l'abri dans des pays dont la fiscalité est faible, et pourtant la richesse immobilière ne passe pas les frontières comme l'or ou les actions, en conséquence l'évasion fiscale sera plus difficile.

On peut regretter l'absence de courage politique de nos dirigeants pendant trop longtemps, et récemment l'enlisement des discussions devant le Parlement l'a encore montré, ayant pour origine un manque d'explications ce qui a conduit à une fronde générale. Le remplacement  progressif du système en place, tenant compte de la prise en compte des inégalités sociales évidentes, à condition de les corriger,  aurait été mieux compris des Français. Il est supprimé mais en a-t-on fini avec l'ISF ? Pas sûr, car un symbole a la vie dure...

 

( 1 ) A noter que plusieurs pays ont supprimé et remplacé leur impôt sur la fortune, sans drame, par d'autres prélèvements : les Pays Bas ,l'Italie, la Grèce, le Luxembourg par exemple, impôt remplacé généralement par un prélèvement, sur les  biens immobiliers.