socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Brexit 2019... et après ?

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Il faut se méfier des mouvements d'enthousiasme, surtout lorsqu'ils ont pour support l'indépendance, la liberté...

 

L'Union Européenne a commis des erreurs, en particulier à vouloir s'occuper de tout, sujet bien connu, conséquences : les citoyens européens, en particulier les Anglais  jaloux de leur indépendance, ont rapidement considéré l'Europe comme un frein à leur statut et à leur croissance.

Donc en mars 2019 l'Angleterre sort de l'Union Européenne après un referendum satisfaisant pour les uns, très contesté par beaucoup. Toutefois, certains milieux économiques, comme le patronat britannique (le Monde du 8 novembre), sont inquiets et réclament une période de transition qui pourrait être de deux ans, pour assurer un passage en douceur entre la situation actuelle et les inconnues de demain. Beaucoup d'entreprises craignent cette période flou où l'on hésite à investir, surtout les entreprises extérieures à la Grande Bretagne.Après 2019, comment réagiront les investisseurs, quelle sera la situation des salariés expatriés, leur situation, leur intégration en Europe, des barrières douanières seront-elles mises en place, ?...Cette incertitude est-elle nouvelle ? Absolument pas, de nombreux Cassandre (1) ont prédit des jours difficiles pour l'économie et pour la place de Londres, mais le souffle de l'indépendance était tel que beaucoup ne voulaient pas écouter, ne pensant qu'à l'ogre de Bruxelles...

Cette situation risque de se reproduire avec la Catalogne, l'Ecosse, la Flandre, l'Irlande essayant d'en profiter pour se réunifier, sans parler de tous ces mouvements indépendantistes qui rêvent aussi d'une indépendance juridique, même lorsqu'ils ne disposent pas d'un support économique viable ? On brisera l'Union Européenne, alors qu'avec la mondialisation on risque d'avoir encore plus de zones de richesses et des zones de pauvreté ? Les pères de l'Europe pensaient à la création d'un monde plus solidaire, alors qu'on se dirige vers une Europe éclatée toujours plus égoïste. Retour au 19°siècle ou plutôt au Moyen Age ?

  « Cassandre », fille de Priam qui avait reçu le don de prévoir l'avenir (cf.Larousse).