socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Certains services savent s’adapter…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Changer d’activité, surtout avec l’âge et les habitudes acquises n’est pas évident, bien que nos technocrates enfermés dans leurs bureaux et leurs certitudes...

 

 

... affirment la nécessité de s’adapter dans un monde en mutation continuelle, ces changements sont d’autant plus pénibles lorsqu’on est dans un service public qui a toujours eu un monopole.

On se trouve en France et dans d’autres pays, devant l’alternative : s’adapter ou disparaître. Deux exemples pour illustrer cette affirmation. La poste a vu ses recettes diminuer par suite du commerce électronique, le courrier ne représentant plus que 27 % du chiffre d’affaires du groupe, alors qu’il était il y a dix ans de 60 % d’après un article du Monde (1). Les responsables de la poste ont décidé d’orienter les activités de ce service vers des activités nouvelles faisant défaut à ce jour, à savoir les services de proximité dont manque une partie du territoire, particulièrement pour les personnes âgées isolées : livraison des courses, des repas, des médicaments, prestations à domicile comme la télédéclaration d’impôts...les responsables de la Poste souhaiteraient porter ces « prestations facteurs » à 20 millions en 2020 et à 34 millions en 2023.  Pari audacieux, mais pourquoi pas ! Révolution silencieuse les agents, en particulier nos facteurs y participant, semble-t-il, sans trop de difficultés.

A cette révolution exemplaire il faut opposer celle où les agents s’opposent comme c’est le cas de la SNCF actuellement. Plutôt disparaître que s’adapter. On comprend les difficultés pour les cheminots face à ces changements : perte du statut pour les nouveaux, suppression de certaines lignes, ouverture à la concurrence avec d’autres exploitants, changement du type de société... mais la réalité du monde économique finit toujours hélas par s’imposer. Il faut aider, assister ces changements mais non pas les interdire.

-( 1). Le monde du 5 juin 2018.