socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Les difficultés de l’Europe...

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Quel avenir ? On est à un moment important : demain l’Europe sort de cette crise plus forte, ou tout bascule, et elle n’existe plus. Il faut reconnaître que les nuages s’accumulent ...

 

- On ne voit pas la fin de la crise anglaise suite au referendum de juin 2016, le pays n’a jamais été aussi partagé. Un nouveau referendum ? la Première Ministre a dit non sachant que la réconciliation entre les durs du Brexit et ceux qui sont favorables au maintien dans l’UE est impossible, sinon à quel prix...L’affaire irlandaise n’a pas de solution car il ne s’agit pas seulement de rétablir ou non des barrières douanières mais de réconcilier l’Irlande du Nord et du Sud après trente ans de guerre, laquelle pourrait reprendre si les accords de 1998 (1) sont remis en cause. De grandes entreprises ont déjà choisi Paris ou Hanovre par prudence, si en mars 2019 il n’y avait pas  d’accord…

- L’Italie est en pleine crise de populisme et décide de tenir tête à Bruxelles qui refuse le projet de budget 2019 mais dont le maître mot est « Nous sommes libres d’avoir notre budget même s’il est très déficitaire, Bruxelles n’a pas le droit de mettre en cause notre souveraineté ». Comment se terminera ce face à face ? Sortie de l’Euro, ou mieux de l’Europe ? Quelles seront les conséquences pour les autres pays : crise financière, rétablissement des monnaies nationales, barrières douanières...Matteo Salvini ne cédera pas, pas plus que pour l’émigration. Bruxelles a négligé l’Italie, surtout du sud qui est très proche des pays en voie de développement. Avenir sombre pour l’Italie et pour tous les pays européens.

- L’Europe de l’Est fait de plus en plus bande à part, Groupe de Visegrad (2), que ce soit pour l’émigration ou la situation juridique dans chacun de ces pays, Moscou fait les yeux doux pour accroître son influence...que fait l’Europe face au déploiement de ces armements : elle fait des grandes manœuvres...quelles seront les conséquences de l’accord Poutine -Merkel pour alimenter l’industrie allemande en gaz si un jour la Russie décidait de fermer le robinet ?

On pourrait prendre d’autres exemples de cette fragilité de l’Europe (3), mais on peut se poser une question : comment les pères de l’Europe ont-ils pu croire à la création de cette Union en maintenant l’existence des pays participant mais souverains ? Certes, aucun d’entre eux ne voulait perdre son identité, surtout pas d’une Europe fédérale, pourtant ils avaient l’exemple américain !  Manque de clairvoyance ou incompétence ? Dans tous les cas maintenant on risque le chaos !

(1) Accord du 10 avril 1998, dénommés accord du Vendredi Saint, mettant fin au conflit entre l’Irlande et l’Irlande du Nord ;

(2) Le Groupe de Visegrad comprend : La Hongrie, la Pologne, la République Tchèque et la Slovaquie ;

(3) L’Europe de la Défense n’a jamais existé, mais après la commande d’avions américains au lieu d’avions européens rapportés dans le Monde de l’Economie du 27 octobre 2018, le rêve du Président français pour reconstruire une Europe unie s’éloigne encore plus.