socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Demain la France, une mutation profonde….

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

La France n’est pas seule dans cette situation, tous les pays, développés ou non, subissent actuellement des transformations économiques et sociales profondes...

 

 

...Pour certains les changements sont mieux vécus, peut- être ont-ils une psychologie plus souple, leur population étant habituée aux remises en cause, pour d’autres c’est un véritable traumatisme. La France se situe dans cette seconde catégorie.

On le dit depuis des années, « notre société est bloquée », habituée à vivre selon des règles mises en place il y a longtemps, sans changement, avec toutefois deux impératifs : plus d’égalité et la violence comme moyen d’action. Dans une telle situation que peut faire un gouvernement face aux transformations nécessaires. A titre d’exemples :

-          Le schéma traditionnel, quelques grands centres et beaucoup de villes moyennes sont en pleine mutation : on aura de plus en plus des mégapoles qui créent de nouvelles activités, ouvertes sur l’extérieur, qui attirent les jeunes formés aux nouvelles techniques (numérique, internet, robots…) et des villes moyennes à l’écart de ce nouveau monde, qui meurent peu à peu. Encourager le mouvement ou le freiner, dans ce cas la France sera une nation de second niveau ?

-          Il faut réindustrialiser notre pays, mais cela implique une meilleure formation des agents, et le désir d’être parmi ceux qui vont de l’avant, mais également choisir les bons créneaux, porteurs d’espoir, et créant les biens et les services de demain. On comprend que les agents formés à une technique veulent la conserver, car on ne change pas aisément de métier à 50 ans ! Mais le rôle d’un gouvernement c’est de remettre en cause les situations stratifiées, ce qui n’est pas facile.

-          Il est indispensable que le gouvernement fixe un objectif et mobilise toutes ses forces pour faire comprendre que l’avenir se joue aujourd’hui. Il faut éviter les blocages comme l’a vécu le Royaume Uni, qui se rend compte que le repli sur soi à terme est toujours une erreur, que la Chine dont l’expansionnisme est inquiétant a raison de parier sur l’avenir. La France est-elle prête à se remettre en cause ou continuer de vivre sur un passé qui est condamné, alors que politiques et philosophes passent leur temps à faire des conférences ou des colloques alors que la rue gronde depuis novembre dernier ?