socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

La France est-elle réformable…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

On s’est posé la question il y a quelques mois avant les difficultés du gouvernement et la présence des gilets jaunes. A l’époque on s’est dit peut- être ...

 

 

... à condition que les mesures envisagées soient présentées clairement et répondent à l’insatisfaction des français, d’autre part, que ceux-ci comprennent que tout n’est pas possible immédiatement. Certes le gouvernement s’est fait surprendre devant le mécontentement populaire, et les prédécesseurs ont mal fait leur travail, dans un monde en pleine mutation, mais maintenant on paie les conséquences.

Quand on examine les termes de la contestation, exprimés dans le grand débat dont les conclusions doivent être présentées dans quelques jours, quelles seront les réponses du gouvernement actuel et surtout les financements nécessaires :

Pouvoir d’achat, le milliard d’euros injecté dans l’économie est insuffisant pour calmer les demandes, car les entreprises ne créent pas des bénéfices du jour au lendemain, pour embaucher et distribuer des revenus : il faudra du temps ;

Chômage, les solutions ne sont pas sont évidentes : il faut développer la formation, assurer l’adéquation entre offre et demande d’emplois liés en particulier avec des problèmes de mobilité, développer les transports locaux (covoiturage, bus, trains…) afin d’économiser les frais de déplacement (coût des carburants) en outre beaucoup affirment vouloir vivre et travailler près de leur domicile, alors que la fracture territoriale se développe ;

Comment assurer un contrôle de l’intérim et des petits boulots (1) afin d’éviter l’éclatement du monde du travail : entre les salariés bien formés, pas trop âgés, avec des salaires normaux et ceux qui vivent des aides ?

Enumération incomplète, mais aucun homme ou femme politique n’a des solutions pour toutes ces questions, malgré les tribunes et les déclarations, alors la France non réformable ? Si, mais avec du temps, ce dont le gouvernement ne dispose plus, et surtout avoir de véritables relais sur tout le territoire pour expliquer la situation et les objectifs, même s’ils remettent en cause des situations acquises (niches fiscales), et éviter des blocages comme celui de l’ISF…Dans quelques jours on connaitra les décisions.

(1) Voir le Monde du 26 mars 2019, « dans la jungle des contrats courts »