socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Teresa May, la fin du chemin…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Ce titre un peu nostalgique, est celui d'un article de la revue anglaise l'Economist de fin mai 2019. Le rédacteur de l’article n’est pas trop sévère...

 

 

... mais il signale l’inaptitude de la Première Ministre à négocier une sortie acceptable du Brexit, ce qui semble désormais impossible. Elle aurait dû négocier et trouver un compromis dans les années qui ont suivi le referendum, à l’époque où nombre de Brexiters auraient accepté un abandon du marché commun et sa liberté de mouvement avec un seul lien, à titre temporaire, de l’Union Douanière. Les tentatives ultérieures avec le Labour sont elles aussi intervenues trop tard. Malgré les efforts de Michel Barnier et compte tenu du problème non résolu de l’Irlande du Nord, on est actuellement dans une impasse. Après les élections européennes il y a maintenant la présence de Nigel Farage qui par ses positions extrêmes sur le brexit n’arrange-rien. Le Monde (1), rappelle que le chef du parti majoritaire au Parlement devient automatiquement Premier Ministre, ce pourrait être Boris Johnson, grand favori des conservateurs, « un pari dangereux » d’après l’Economist. Ce dernier a déclaré qu’il renégocierait avec Bruxelles, ce qui semble peu probable, d’après les déclarations du Président de la Commission. Coté anglais, pas de nouvelle élection, ni de referendum… Certes les partisans de l’UE ont eu plus de voix aux Elections européennes que les partisans du Brexit, mais cela n’a pas été le cas lors d’une élection partielle avec 60% des voix favorables aux partisans du Brexit.

Alors on se dirige vers un « no deal » ? Quelles en seront les conséquences pour la Grande Bretagne ? D’abord un pays déchiré qui devra se reconstruire, une monnaie qui risque de perdre une partie de sa valeur, quel avenir pour la City, des circuits commerciaux désorganisés, des européens vivant en Angleterre qui devront partir et comme nous l’avons déjà signalé (1) des Anglais vivant dans un pays européen qui devront partir ou changer leur nationalité ? Quant à l’Europe le Brexit risque de fragiliser un peu plus l’Union et particulièrement l’Euro.

(1) LE Monde31 mai, SDL 19 mai, The Economist25/31 mai 2019.