socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

I - Territoires ruraux et Services publics…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Jusqu’aux années 1950 la France était fière de ses 35 000 communes, réparties sur tout le territoire, complétées par quelques grands centres. Le monde a bien changé et ce qui ne posait pas de problèmes, venant des origines lointaines, est maintenant un handicap...

 

 

Quelques grandes mégapoles et des territoires ruraux se sentent abandonnés. On parle de ce problème depuis longtemps mais deux publications récentes attirent particulièrement l’attention :

- Celle du Monde du 11 octobre (1), intéressante car en plus du texte elle présente plusieurs cartes visualisant les difficultés de certaines régions en présence de la disparition des services publics. On retrouve le Centre, l’Est, la Corse et les régions alpines. A noter en particulier le manque de services numériques dans ces mêmes régions.

- Le rapport de la Cour des Comptes de mars 1919 demandé par le « Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) à l’Assemblée nationale ». Rapport établi par la Cour en s’appuyant sur six chambres régionales des Comptes (2) et en international sur l’expérience italienne et finlandaise compte tenu de la diffusion des nouvelles technologiques dans la population.

Le rapport insiste sur les points suivants : « La France doit adapter son offre de services publics à des évolutions démographiques différenciées selon les régions…adaptations particulièrement sensibles dans les territoires ruraux situés en dehors des zones d’influence des grandes villes et des principaux bassins d’emplois ». La cour a analysé la présence des services publics nationaux dans les territoires ruraux et conclue « Il n’y a pas eu d’abandon généralisé de ces territoires par les grands réseaux nationaux de services publics». Elle les classe en trois catégories : 1 et 2 assurant un maintien des services publics adaptés aux besoins, 3 accès aux soins et dépendance.

1/. Ceux dont la densité est justifiée par leur mission ou inscrite dans la loi : la gendarmerie, l’école, la poste, leur ajustement aux monde rurale est largement commencé.

2/. De même pour les services « ayant vocation à être normalement accessibles en ligne», il en est ainsi du réseau préfectoral pour la délivrance des titres réglementaires, qui se fait maintenant en lien avec les mairies, pôle emploi, DGFIP pour l’essentiel des procédures de déclaration et de paiement, encore difficile pour beaucoup de français ne pratiquant pas l’informatique.

3/. Par contre, « l’accès aux soins et la prise en charge de la dépendance » sont mal appréhendés. Il faut développer les EHPAD, la télémédecine et la mutualisation de l’offre. Certaines structures départementales doivent impérativement être confortées tel le SDAASP ET le MSAP « modèle de service public de proximité à consolider et à financer » (3) . Deux recommandations, « la création d’un millier de communautés professionnelles territoriales » et la formation des aidants numériques, compte tenu du retard de la France.

Toutes ces mesures vont dans le bon sens, mais ce que le rapport n’évoque pas c’est la psychologie des gens vivant dans les zones rurales qui ne sont pas préparés aux changements du XXIème  siècle. Tendre à un regroupement des sites ruraux sera long, mais il est nécessaire, surtout pour les petites communes,  leur laissant les questions locales, les autres, régionales ou nationales, devront être reprises par les départements ou les régions.


(1)    Le Monde du 11 octobre « Les territoires ruraux face au recul des services publics » ;
(2)    Chambres régionales des comptes : Auvergne-Rhône Alpes, Nouvelle Aquitaine, Bourgogne Franche-Comté, Grand Est, Hauts de France et Centre Val de Loire ;
(3)     Schémas départementaux, SDAASP Amélioration de l’accessibilité des services au public, et MSAP Maisons de services au public.