socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Supprimer les contrats aidés, une bonne idée…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

La question des « contrats aidés » n’est pas réglée. Conçus à l’origine pour lutter contre le chômage des jeunes, des personnes handicapées, des salariés en fin de carrière…en fait tous les salariés ayant des difficultés pour trouver ou retrouver un emploi...

 

 

...ils ont été contestés par de nombreux parlementaires et par La cour des Comptes. Pourquoi ? Plus de deux millions de conventions ont été signées entre 2005 et 2010, soit sous forme de contrat d’avenir ou de contrat initiative emploi, mais le reproche essentiel s’explique par l’importance de ceux-ci dans le secteur non marchand, ce qui ne conduit pas à une diminution du chômage et à une reprise d’activité. Depuis le 1er.janvier 2010 il n’existait plus qu’un seul contrat aidé le « Contrat unique d’insertion » qui comprenait deux ensembles : le CUI-AE (contrat d’accompagnement dans l’emploi) et le CUI (contrat initiative-emploi), le premier étant réservé au secteur non marchand, le second au secteur marchand.

La signature des contrats aidés a été très importante pendant le quinquennat Hollande, ce qui a été contesté par le candidat Emmanuel Macron précisant que ce type de contrats ne permettait pas aux « salariés de monter en compétence ». Dès sa nomination, le Premier Ministre a annoncé une diminution de ce type de contrats « trop couteux et peu utiles », d’où une réduction importante, sauf dans l’éducation et l’Outre- mer. Le 16 janvier 2019 Madame Pénicaud, Ministre du travail, a annoncé la fin des contrats aidés et la mise en place d’un nouveau contrat de travail le PEC (parcours-emploi-compétence) les employeurs souhaitant utiliser ce nouveau type de contrat seront sélectionnés par le Ministère du travail.

On a enfin trouvé une solution pour aider cette catégorie de population ? Trop tôt pour le dire. Toutefois l’aide apportée par ces travailleurs dans le secteur non marchand est indispensable (1) quant au secteur marchand rien ne prouve que ces salariés auront la possibilité d’acquérir les compétences techniques nécessaires dans un monde en pleine mutation technologique, les jeunes peut -être, mais les salariés plus âgés ayant perdu leur emploi ? Dans tous les cas on ne peut qu’être surpris par la brutalité des décisions gouvernementales, un peu plus de souplesse aurait certainement permis de faciliter cette conversion et éviter bien des difficultés, comme celle signalée dans le Monde (1)

(1)    Le monde du 5 décembre 2019, « Ecoles et quartiers souffrent de la fin des emplois aidés ».